February 7, 2017

Please reload

Posts Récents

Comment bien choisir sa chaussure de course?

October 30, 2016

 

1/ Trois impératifs

 

Votre chaussure doit répondre à trois impératifs physiologiques :

 

  • pouvoir amortissant (épaisseur de la semelle)

  • stabilité de l’arrière-pied (rigidité du contrefort)

  • conservation de la mobilité métatarso-phalangienne au niveau de l’avant-pied QUOI ??? (souplesse de la semelle et de l’empeigne)

 

 

 

2/ Deux paires, c’est l’idéal

 

S’il est évident que l’on peut pratiquer tous types d’entraînements avec les mêmes chaussures, l’idéal est de disposer de deux paires différentes pour une pratique très régulière. Une paire sera consacrée aux sorties longues privilégiant le confort, l’autre, plus légère, aux séances plus rythmées et aux compétitions courtes.

 

 

 

3/ Privilégiez l’amorti pour l’entraînement…

 

 

Un des principaux objectifs de la chaussure de running pour l’entraînement est de casser le pic d’impact (lors de l’attaque au sol) par ses propriétés amortissantes. La semelle absorbe l’énergie et n’en restitue qu’une faible partie, ce qui augmente le temps de contact avec le sol. Avantage : pied bien protégé. Inconvénient : performance diminuée.

 

 

 

4/ …le dynamisme pour la compétition

 

 

Une semelle plus fine et plus légère permet une récupération plus importante de l’énergie produite par l’écrasement de la semelle, et donc un transfert plus rapide vers l’avant-pied en réduisant le temps d’appui au sol. La dynamique du pied est privilégiée. Taillée pour la compétition, cette chaussure sera plus légère que celle utilisée pour l’entraînement.

 

 

 

5/ Achetez-les plutôt en fin de journée

 

 

Achetez vos runnings en fin d’après-midi. Le pied gonfle durant la journée et augmente d’environ 5 % son volume. Essayez les deux chaussures pour vérifier l’absence de tout défaut de fabrication, notamment au niveau des coutures internes qui peuvent être sources d’ampoules. Demandez à pouvoir trottiner avec vos chaussures et de préférence à l’extérieur du magasin.

 

 

 

6/ Prenez la taille au-dessus

 

 

Prenez une pointure de plus que pour vos chaussures de ville, le pied s’allongeant naturellement à l’effort. Attention à ne pas les choisir trop grandes pour éviter tout flottement du pied.

 

 

 

7/ Nettoyez-les régulièrement

 

 

Pour nettoyer vos runnings, un brossage à l’eau et au savon suffit - mieux vaut éviter le passage au lave-linge. Évitez aussi un séchage trop rapide sur un radiateur. Enlevez la semelle interne de propreté et bourrez vos chaussures de papier journal, que vous changerez régulièrement jusqu’au séchage complet.

 

 

 

8/ Rangez-les soigneusement après usage

 

 

Pas dans un sac, ni pêle-mêle dans un placard, mais plutôt à plat, les unes à côté des autres, avec les lacets un peu défaits pour une bonne aération. Ne rangez surtout pas dans un placard des chaussures mouillées ou même humides.

 

 

 

9/ Surveillez les points d’usure

 

 

Scrutez régulièrement votre semelle extérieure, elle s’use plus rapidement que le chaussant. Il existe des colles caoutchoutées spéciales semelles pour réparer les zones trop usées. Et si l’empeigne se perce, passez chez votre cordonnier qui collera un renfort à l’intérieur de la chaussure.

 

 

 

10/ N’hésitez pas à les remplacer !

 

 

 

Cela dépend bien sûr du kilométrage hebdomadaire effectué, mais il ne faut pas dépasser les 2 000 km. Réfractaire au calcul ? Envisagez leur remplacement après un an si vous courez au moins trois fois par semaine. Vous pourrez, si leur état le permet, continuer à les chausser pour des sorties courtes de type récupération.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Archives